Pourquoi Ennahdha a gagné, et pourquoi ils ne gagneront plus aussi clairement

Disclaimer: Je suis membre actif du Congrès Pour la République (Al-Mottamar, CPR). Ce qui suit est mon opinion et analyse strictement personnelles, et ne sont en aucun cas ceux du parti dans lequel je milite. Je n’ai aucune information officielle à partager avec les lecteurs de ce qui suit.

Suite aux résultats préliminaires des élections tunisiennes, qui confirment une tendance que plusieurs avaient prévue depuis des semaines, le raz-de-marée, ou plutôt le tsunami du parti islamiste de droite Ennahdha, semble soulever plusieurs questions et inquiétudes que j’aimerais adresser une partie dans cette courte analyse. Je commence dans cet article par analyser la fulgurante victoire d’Ennahdha, et exposer ma vision du paysage politique tunisien des 10 prochaines années. J’adresserais la question du court terme dans un autre article.

D’abord les résultats. Ceux qui suivaient la scène politique tunisienne de près n’avaient aucun doute sur la victoire d’Ennahdha. Il faut d’abord comprendre qu’Ennahdha n’est pas un parti ordinaire : il s’agit plutôt d’un mouvement, ou une sorte alliance tacite entre plusieurs tendances à obédience islamiste. Toute la droite conservatrice et religieuse tunisienne se retrouve donc sous l’étendard d’un seul parti. Connaissant un peu la société tunisienne, je ne trouve aucunement étonnant qu’une base fixe de 30% des tunisiens aient voté pour ce parti. Ce chiffre semble être confirmé par la plupart des sondages pré-électoraux effectués depuis le mois de mars 2011.

De plus, le poids de la droite tunisienne ne diffère pas de celles qu’on observe dans d’autres sociétés démocratiques. Rien de bien extraordinaire ni étonnant jusqu’à là.

Alors, pourquoi Ennahdha a obtenu plus de 40% des voix ?

Mis à part les 30% des tunisiens qui représentent la base de l’électorat conservateur, qui votera fort probablement toujours à droite, il y a dans ces résultats ce qu’on pourrait appeler l’électorat flottant : 10% de ceux qui ont voté pour Ennahdha ont fait ce choix pendant la campagne, et pour beaucoup dans les deux dernières semaines avant le scrutin. Ces 10% sont des tunisiens centristes, pas forcément religieux ou politisés, mais des tunisiens qui ont eu peur. La peur a été provoquée par la stratégie désastreuse du PDP et du Pôle de se présenter comme seuls remparts contre la droite, ainsi que les tentatives boiteuses et maladroites de certains médias d’influencer le vote en voulant diaboliser Ennahdha de manières loin d’être subtiles.

Or, le résultat fût que certains tunisiens, que j’estime à ces 10%, a senti là une menace profonde à leurs liberté. Oui, certains tunisiens entrevoyaient, à tort ou à raison, dans le discours des forces se proclamant du progressisme et de la modernité, une menace à leur liberté de pratiquer, de porter le voile, de faire la prière, etc. En jouant sur le registre de la peur de l’autre, ces partis ont convaincu, indirectement, ces 10% à voter pour le parti qui, selon eux, va protéger leur droit à pratiquer leur religion.

Si mon raisonnement peut sembler simpliste, c’est qu’il l’est quelque part : il y a d’autres variables qui ont joué dans le choix d’Ennahdha, notamment la campagne extraordinaire qu’ils ont mené sur le terrain, et les méthodes, pas toujours orthodoxes qu’ils ont utilisé pour « convaincre ». Il n’en reste pas moins que je suis convaincu que ce 10% existe, et qu’ils ne voteront pas forcément à droite aux prochaines élections.

Il est à mon avis essentiel, et primordial, pour le parti centriste, le CPR, et de centre gauche, le FDTL, de gruger dans cet électorat flottant d’Ennahdha. En continuant d’éviter de jouer le jeu de la division et en évitant la politique de la peur, en ayant un discours modéré et proche du centre, ils seront sans doute capables de récupérer ces voix perdues. En plus des voix qu’ils récupèreront à la gauche du spectre (celles du PDP notamment), Al-Mottamar et Ettakatol pourront à mon avis jouer à pied d’égalité avec Ennahdha. Le paysage politique tunisien sera tripartite : composé de 3 grands partis qui couvriront la quasi-totalité du spectre : centre gauche (FDTL), centre (CPR), et droite (Nahdha). À mon avis, ces trois partis seront encore là les prochaines 10 à 20 ans, et se partageront le pouvoir à tours de scrutins législatifs et présidentiels. Ceci n’empêche évidemment pas l’existence d’autres partis, relativement minoritaires, tel le Pôle qui restera sans doute le représentant d’une certaine gauche, le POCT pour l’extrême gauche, et la droite libérale peut-être sous forme d’un nouveau parti issu de rescapés du PDP et peut-être de Afek.

Je dois de souligner qu’en plus du type de régime qui sera adopté (tout porte à croire que ce sera un régime mixte), le mode de scrutin qui sera choisi (1 tour vs. 2 tours, majoritaire vs. Proportionnels, etc.), et la loi de financement des partis qui sera adoptée (financement uniquement public avec ou sans limites sur dons privés),  influencera beaucoup la structure future du paysage politique tunisien.

34 comments On Pourquoi Ennahdha a gagné, et pourquoi ils ne gagneront plus aussi clairement

  • Je partage cette analyse (meme si pour moi FTDL est plus centre droite a mon avis).
    Pour le dernier paragraphe j’ajouterai que la carte électorale sera aussi décisive ainsi que la reforme de l’audiovisuel/medias

  • Pingback: Alliances, coalitions, et constitution — Houblog ()

  • article court et direct, j’aime bien l’analyse. Ma question, venant d’une « arriviste » en politique, serait, quel est le danger pour notre constitution aujourd’hui, vu le nombre important de sieges pour ennahdha?

  • Pourquoi la Nahdha a gagné? les raisons sont multiples, mais je dirais entre autre qu’elle a gagné car c’est l’un des partis qui a le moins polémiqué; a tenu un discours d’accalmie au lieu d’un discours d’Alerte; a rassuré les tunisiens plutôt les inquiété…
    Elle a gagné car la gauche a commis tant d’erreurs et de faux pas.
    Objectivement, celui qui a gagné dans ces élections, est le CPR. un petit parti avec une misère de moyens se hisse à la 2ème place est un fait qu’il faut bien analyser. Avec une bonne stratégie, ce parti pourra ne pas se contenter prochainement de ces 15% (éventuelles).

  • Analyse interessante et pleine de bonne fois comme on devrait en faire après des elections classiques.
    Maintenant, peut-on appliquer cette logique sur des éléctions certainement manipulées, pour un parti infiltré des ex-rdciste (qui ont apporté leur savoir faire dans la manipulation des petites gens) même si les 25- 30% d’Ennahdha étaient prévisibles dans pareil contexte (réaction violente à la négation religieuse de Ben Ali et refuge naturel dans une mouvance islamique)?
    Pour étayer cette vision, comment pouvez vous expliquer l’émergence d’Al Arridha, dirigée par un charlatan, ben aliste avéré, ayant fait campagne par télé interposée sans se déplacer (il n’a même pas voté!!!) pour devenir la 4ième force politique du pays!?
    Désolé de vous dire que l’analyse juste ne peut se concevoir que sur des données vrais.
    A bon entendeur!

  • En direct du Palais Beyical

  • jphicheri@hotmail.com

    Bonjour,
    Amis de toutes les révolutions.
    Les sociologues vous diraient que pour changer une société, il suffit d’une révolution ou d’un tremblement de terre.
    La société Tunisienne avait peur des policiers et du régime qui observait tout. « La famille » avait encerclé le peuple et sa vie. Il s’est protégé dans quelque chose que personne ne pouvait lui reprocher : les mosquées.
    Toute la préparation des dernières élections s’est fête là. Le terrain était près et les images des armoires de Ben Ali n’ont pas arrangé les choses. Le peuple a voulu voter pour ceux qui lui garantissaient l’honnêteté.
    Nous sommes actuellement réveillés et nous devons nous réunir pour qu’une vraie démocratie s’installe dans le pays. Nous n’avons pas besoins de personnes qui ne pensent que  » la fin justifie les moyens ».
    Les listes indépendantes et les petits partis doivent s’unir pour créer un courant de « Gauche ».

  • Pingback: Pourquoi Ennahdha a gagné, et pourquoi ils ne gagneront plus aussi clairement « Élections Tunisie 2011 – Les Observateurs de FRANCE 24 ()

  • j’adhére complétement à ton analyse surtout que je fais parti des 10% qui ont finalement voté ennahda car à force de diaboliser d’une façon ridicule bête qui se moque de mon intelligence ennahda,m’a fait pencher vers ennahda pour combattre des gens qui n’ont aucune subtilités ou intelligence,de plus je veux garder des valeurs qui me sont chers,(tous en respectant celle des autres) chose que les gauchistes ne feront jamais et semblent vouloir intervenir dans ma vie privée petit à petit (d’après leurs discours contre l’islam)

    bref si ennahda ne garantit pas la liberté à tous le monde,je voterai cpr la prochaine fois

  • Les attaques répétés de Nessma et le fait que aucun parti n’a condamné ca, ont emmené les gens à voter ENNAHDHA

  • la victoire d’ennahdha était prévisible car ce parti ne luttait pas à arme égal avec les autres.se prévaloir de l’islam et donner à son discours la force du sacré ou du divin ,qui prévaut pour la majorité des tunisiens sur la constitution qu’on veut écrire et qui doit énoncer les valeurs les plus élevées du pays,certes que cela donne un avantage considérable.dans le conscient populaire la vertu est toujours associée à la religion et dans une période comme aujourd’hui où on a besoin d’hommes de confiance au pouvoir on vote facilement pour ennahdha.les tribunes offerte à ce parti à travers les mosquées présente un moyen décisif pour toucher avec leur discours la majorité des citoyens.et sans parler du financement de ce parti,tout cela mène aux résultats d’aujourd’hui.Bourguiba avait raison de considérer qu’aucun parti n’a le droit de se revendiquer de l’islam car tout le monde est musulman.ce mélange des genres malsain entre politique et religieux va poser beaucoup de problèmes à l’avenir.il faudra m’expliquer les grand écarts que Marzouki doit faire pour faire alliance avec ennahdha tout en restant laïque comme il le prétend.

  • Raja Ben Ezdinne je pense que le tunisien nous n’a pas été préparés à tant de liberté ni à autant de démonstration religieuse, il a été plongés dans un silence qui a trop duré ce qui pousser chacun a vouloir exprimer ses idées et surtout crier haut et fort ses opinons et faire savoir qu’il prêt à les défendre comme s’il voulait exorciser tant de colère et de frustrations. BOURGUIBA a grignoté notre liberté intellectuelle, BEN ALI l’a mise à terre. Le tunisien connait aujourd’hui ses aspirations, son penchant politique, son penchant religieux, mais il a oublié le plus important : SON IDENTITE.le vrais problème c’est l’identité du tunisien qu’il ne cesse de chercher et essais de la trouver dans la religion en faisant un amalgame entre l’islam et un parti politique. ennahtha s’est adresser a la masse avec un discoure de masse proche de leur coeur et de leur mentalité et a apaiser leur peur .

  • J’adhère à l’avis de « yahya bourguiba », mais il faut noter que certains résultats qui semblent hors normes permettent d’éliminer certaines théories. comme le fait de distribuer de l’argent qui n’a rien donné pour Riahi, le fait aussi qu’une bonne campagne de terrain a été décisive Elhamdi n’en a pas mené.
    La cause de la défaite des partis dits progressistes est leur division et leur manque de crédibilité. Trop de noms, trop d’idées différentes et disparates, un langage bourgeois et hautain et surtout un grand manque de réalisme.

  • Les résultats officiels montreront que 55% à 60% ont voté Ennahdha mais le mode de scrutin les a réduit à 40% 😉

    Donc tes spéculations sur les 10% flottantes sont à revoir ^_^

  • je partage son analyse car beaucoup de musulmans modérés qui voulaient entendre des confirmations par les partis de gauche qu ils tenaient au respect de la religion ne l ont pas fait; et ne parlaient que de laïcité et d égalité de héritage entre h et f alors que la majorité des tunisiens sont contre,j espère q on voulant grimper haut et rapidement qu on ne soit pas tombé très bas avec un traumatisme grave

  • une certaine auto proclamé élite tunisienne ocmme olfa youssef and co,ont cru que les tunisiens étaient des incultes en votant et supportant ennahda,personellement je connais des personnes trés bien placés et éduquées (Polytechnique france,avec des MBA….) qui ont choisi ennahda,c’est assez simple: la pseudo bougeoisie de la marsa & co n’aura jamais la symphatie des gens qui travaillent pour le bien de ce pays

  • Cher Mr, un autre facteur à prendre en compte c’est qu’il y a 10% des personnes ayant voté pour le CPR sont des  » nahdhawiyyin’ et ils ont fait ça par compassion d’une part et parce qu’il fallait un allié com le CPR pour qu’il y aura une majorité partageant les mêmes projections en vue de faire évolué notre Tunisie. Alors arrêtes avec tes analyses plus ou moins stupides ‘ wou 5alliné echa3b bkoll yidd wa7dé’ ! min taw t5ammim fil pourcentage 10 wou 30 ………. rané bkoll twénnsé yé ..

  • Pingback: Tunisia, da Ben Alì all’Islam (moderato?): i dubbi in Rete : Quotidiano Online ()

  • bonne analyse mais il y manque une partie, je pense. Celle des stratégies de com. des partis, avec le pdp qui a joué sur la division entre projet moderniste progressiste et ennahdha qui a tenu un discours rassembleur.

  • Salut;
    Malheureusement il ne faut pas oublier que le % que Aridha a eu pourrait augmenter dans les prochaines élections. Si la coalition Ennahdha-CPR ne donne pas aux tunisiens marginalisés des résultats concrètes, ils pourrons voter pour Aridha. Personnellement, j’appartient aux 10% qui ont voté à Ennahdha, et je ne voit pas de religieux dans leur programme. Ils sont confiants, modérés, démocrates et semblent honnêtes.
    Mohamed

  • Houssem, vous oubliez que 40% de sieges peut dire plus que 40% de voix…
    Donc ennahdha peut avoir 50% de votants

    Amities

  • Pas le temps de développer mais il manque facilement 10 à 15 % de votants si ce n’est plus pour Ennahda.Le CPR a récupéré beaucoup de voix en provenance de gens qui auraient très certainement voté Ennahda sans la personnalité de Merzouki et la diabolisation de Ghanouchi. Avec le discours conciliant de Ghanouchi beaucoup on regretté de ne pas lui avoir apporté plus de voix . Ennahda pourra peut-être perdre des voix de gens plus proches de Etahrir parce qu’ils demandaient plus mais elle en gagnera dans le réservoir de ceux qui ont voté gauche uniquement par peur de Ghanouchi .Le seul risque pour Ennahda en cas de succès de sa politique est que cela soit attribué au futur président issu d’un autre parti .C’est ce qui se passera chez les gens simplistes bien évidemment qui raisonneront comme à l’époque révolue et qui attribueront le succès des réformes au futur président .Les gens ont certes voté Ennahda mais ils voudront des résultats et pas seulement des promesses donc en cas d’échecs, cela pèsera .Il ne faut pas non plus oublier ceux qui ont voté al 3aridha qui est quand même de tendance islamique elle-aussi, elle doit une partie de son succès au vote régionaliste pour sidi Bouzid et Kairouan et au fait que hachmi Hamdi est aussi de tendance islamique avec une apparence plus modéré que Ghanouchi puisqu’il n’a pas été attaqué de la même manière, sans sa présence beaucoup auraient voté Ennahda .Il est faux de croire que tous ceux qui font la prière on voté Ennahda, cela peut paraitre étonnant, mais c’est sûr et certain, il y en a beaucoup et cela est surprenant compte tenu du contexte dans laquelle était l’Islam sous ben Ali .Cela peut s’expliquer justement par la peur de Ghanouchi et par le fait que beaucoup sont d’anciens buveurs récemment entrés dans la mosquée .Ennahda n’a dont pas bénéficié des mosquées et du réservoir de pratiquants .Je ne pense pas non plus qu’elle est bénéficié totalement du vote des salafistes qui l’ont souvent attaqué, beaucoup n’ont pas voté .Ce qu’il faut effectivement retenir de ce scrutin , c’est que les gens aspirent à plus de liberté religieuse mais et surtout qu’ils considèrent Ennahda comme étant tout à fait capable de gouverner .La réussité turque à beaucoup rassuré ceux qui pouvaient avoir quelques doutes au sujet d’une gouvernance islamiste et qui ne se seraient jamais contenté uniquement du volet religieux que peut représenter Ennahda. Les tunisiens ne sont pas fous, si le vote ne s’était basé que sur ça, ils auraient fait tout juste 15 à 20 % maxi.Il y a énormément de promesses derrière Ennahda, notammment les finances en provenance du Golf et dont le pays à cruellement besoin .Ni Merzouki ni les autres ne peuvent remplacer Ghanouchi pour rassurer et attirer les investisseurs du Golf .C’est une excellente chose pour le pays que ce soit Ennahda qui l’emporte .Il va falloir exploiter cela et ne pas rater cette opportunité de pouvoir relancer notre économie et surtout d’industrialiser le pays pour le transformer en un pays développé.Nous avons une fenêtre de 5 ans qui s’ouvre devant nous, il ne faut surtout pas perdre de temps.Nous avons des zones totalement inexploitées, qui ont été délaissées faute de moyens, c’est une occasion unique de transformer ces régions en zones à très forte croissance économique qui doubleront notre pnb et absorberont une bonne partie de nos chômeurs diplômés ou non.C’est là-dessus qu’Ennahda va concentrer tous ses efforts, la tâche sera rude vu qu’il n’y a rien au niveau des infrastructures et que ce sont des régions assez montagneuses mais c’est notre far west et on ne va pas l’abandonner . Ce qui doit être fait est déjà identifié, il ne faut surtout pas commettre les mêmes erreurs du passé, il est sûr et certain que les méthodes vont changer et qu’elles produiront le résultat escompté. Il faut tenir compte des capacités des tunisiens et préférer les domaines dans lesquels il excellent plutôt que de perdre notre temps dans ceux ou nous ne serons jamais convaincants .Tout est prêt, on attend juste le top départ.

    • Tu dis : ‘La réussite turque à beaucoup rassuré ceux qui pouvaient avoir quelques doutes au sujet d’une gouvernance islamiste »
      Apparemment tu ne sais pas que la constitution turque est LAÏQUE et c’est une gouvernance civile non islamiste!Nous n’avons pas la même culture politique et culturelle.Mustapha Kamel Atatürk n’a pasexisté en Tunisie! de plus, malheureusement de nombreux tunisiens pensent que plus on est extrémiste plus on est proche de l’islam alors que L’ISLAM EST TOLÉRANCE.L’islam ne se résume pas une apparence extérieure:le degré de dévotion , de ferveur, de piété religieuse ,ne se mesure pas à la longueur de la barbe ou la présence d’une foulard sur la tête.Or c’est ce que pensent beaucoup de Tunisiens.Notre peuple s »inspire plus de la SECTE des wallahistes d’Arabie saoudite que de la constitution en Turquie …

      • On ne s’occupe pas de ce qu’est réellement la Turquie, mais du résutat sur nos élections.D’ailleurs s’il fallait en parler, il ne faut pas oublier que c’est un état major laïc dans l’armée turque qui impose cette laïcité en allant à l’encontre de la volonté du peuple.Il est étonnant de voir ces lois anti voiles chez eux quand on constate qu’à l’étranger, il est rare de voir une femme turque non voilée . Je suis d’accord sur une partie de la fin de ton commentaire et il me semble que c’est ce que tente de démontrer Ennahda, un Islam de tolérance.

      • En fait le modèle qui nous intéresserait est celui qui correspond le plus à la Tunisie, comme il n’y en a pas vraiment, on va s’en créer un sur mesure, c’est déjà fait d’ailleurs . Il est normal de s’inspirer des modèles existants mais il faut toujours tenir compte des spécificités tunisiennes sinon c’est l’échec .

  • La majorité des électeurs tunisiens n’était pas convaincue de son choix mais seulement séduite par l’idée qu’un théologien à la tête du gouvernement tunisien ne peut être qu’absolument honnête. Mais est ce que l’honnêteté est suffisante pour diriger un pays?
    J’ai écrit un livre qui mérite d’être lu :
    TOUT EST POSSIBLE – L’AVENIR DE LA TUNISIE
    Vous pouvez télécharger le livre sur mon site Internet:
    http://www.go4tunisia.de
    Dr. Jamel Tazarki
    Allemagne

  • CPR centriste! tiens!

  • Moins de 20 % de Tunisiens ont voté Ennahdha

    Nombre d’électeurs: 7.569.824
    Nombre des votants: 3.702.627
    Taux de participation : 48.9 %

    Nombre de voix pour Ennahdha: 1.483.774 voix (19.5 %)

  • Et comment alors expliqué la victoire des islamistes au Maroc, en Egypte, au Koweit … pourquoi ne pas admettre qu’un vrai musulman votera toujours pour un parti islamiste. Un vrai musulman ne sera jamais un démocrate. Les démocrates tunisiens doivent avoir le courage d’attaquer directement l’islam comme idéologie rétrograde non conforme aux principes des droits de l’Homme sinon la démocratie tardera à s’imposer dans nos pays.

  • pourquoi ces salafistes qui mettent le désordre partout ne sont pas arrètés par la police et ils font ce qu’ils veulent;ce n’est pas ça la révolution!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • Ennahdha a bel et bien remporté une majorité de voix, mais si l’on veut que les statistiques présentées soient d’une approche crédible et impartiale, il faudrait en déterminer les tenants qui prouvent que la masse silencieuse, qui n’a pas voté pour des raisons logiques, représente plus de 70% du total des Tunisiens. Or c’est cette même masse qui revendique aujourd’hui les droits fondamentaux et la démocratie… Les prochaines élections ne présenteront pas de surprise pour ennahdha car elle sait très bien qu’elle sera déclassée, et c’est la raison pour laquelle el élimine aujourd’hui tous ce qui peut entraver son programme satanique, par n’importe quel moyen… et qu’elle est entrain, surtout, d’enfoncer ses griffes dans le coeur même de l’administration….

  • d’ailleurs, dieu existe et existera toujours pour notre peuple qui n’a fait que subir la dictature et les supplices d’ignares arrivistes pseudo-politiciens durant plus de cinquante ans. Le cheikh satanique, sans qu’il s’en rende compte, a trébuché à maintes reprises en divulguant le fondement de sa « politique ». Il récidive en formant ses milices comme d’antan… il les soutient… les défend…. les alimente, les arme et les finance. et il incrimine au nom de dieu tous ceux qui le désapprouvent… ou qui se dressent contre lui. Pour éliminer ses adversaires, il a bien appris les leçons de ben ali… il pond un décret pour le faire. Si Ben ali a utilisé uniquement la prison pour se débarasser de ses adversaires, satan utilise maintenant beaucoup plus que la prison et je parle de l’intimidation par tous les moyens, voire même la liquidation corporelle pour ne pas dire crime politique… je dirai tout simplement crime crapuleux commis par des crapules qui n’ont rien de politiciens.

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Sliding Sidebar

About Me

About Me

Blogueur de nuit, en pyjama, quand ça me tente. Geek de jour, rarement en cravate.

Social Profiles