Chroniqueur !

Voilà. Je suis officiellement « chroniqueur », on va dire. Reprendre la case de Judith Lussier aux deux semaines, quel challenge quand même ! Je ne connais pas Judith in real life, mais je ne ratais jamais sa chronique. C’était, comme les chroniques de Rima ElKouri ou de Patrick Lagacé, ou les billets de Tania Longpré (avant qu’elle arrête), un incontournable de ma routine hebdomadaire… J’étais triste, vraiment, quand elle a annoncé quitter Métro il y a quelques semaines. Elle m’a tellement appris, sur moi même et sur des sujets que je croyais naïvement connaitre et maîtriser. Ses écrits me manquent.

Puis, la semaine dernière j’ai eu ce message de la nouvelle rédac en chef du Métro…  On m’a recommandé (merci encore à ceux qui se reconnaîtront)… Serait-tu intéressé ? Mets-en que je suis intéressé ! Super intéressé. En plus je vais partager la case avec l’extraordinaire Manal Drissi, que du bonheur.

Et quelle responsabilité quand même. Super excitant. Effrayant aussi.

J’appelle ma femme. Je lui raconte. Elle est heureuse pour moi.

Première rencontre avec Rachelle, photo de portrait, recherche d’un nom pour la chronique… Pour la première chronique, j’avais déjà le sujet en tête depuis quelques jours. Rédaction d’un premier brouillon. Révisions pour le rentrer dans 500 mots. Envoi.

Jeudi matin, ma face dans le journal !

Ma fille qui me demande : pourquoi t’es dans le journal ? C’est toi qui a écrit ça papa ? Pourquoi t’as écrit ça ?

Je prend une photo de la Une du journal et je partage sur mon Facebook. Une amie m’appelle, « cachottier va! »… « super cool »…

Au travail, une collègue me fait la blague matinale : « je veux un autographe ». Drôle. Un autre m’envoie un message pour me dire qu’il a aimé le texte… Presque tout le monde est courant maintenant. Je suis un peu gêné. Je suis de nature introvertie. Je n’aime pas trop être le centre de l’attention, pas dans le monde réel en tout cas… Des « like », les « bravo », « félicitations »… Quelques échanges sur Twitter, sur la page Facebook et sur le site de Métro.

Voilà. Je chronique dans Métro maintenant. C’est officiel. J’aime, beaucoup.

Chronique 1 : Parlons de la gogauche.

Dans une société démocratique, l’équilibre entre ces forces est atteint par le débat libre et la confrontation pacifique des idées. Arrêtons donc de mépriser l’opinion différente. Cessons d’utiliser dans nos débats des termes réducteurs et insolents. Ayons l’humilité d’admettre que personne ne détient la vérité absolue, débattons dans le respect et la politesse, avec les idées et seulement les idées.

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Sliding Sidebar

About Me

About Me

Blogueur de nuit, en pyjama, quand ça me tente. Geek de jour, rarement en cravate.

Social Profiles